La web-revue du Leadership Humaniste, par Pascal Ponty

Accueil » Management humaniste : pourquoi et comment ?

Management humaniste : pourquoi et comment ?

SHARE
,

 Une entreprise ayant pour but, avant tout, de gagner de l’argent, pourquoi devrait-elle pratiquer un management humaniste ? 

Il est clair que l’objectif premier d’une entreprise est de gagner de l’argent et de se développer. Mais l’entreprise est aussi un ACTEUR dans la société. Un acteur ayant un rôle important, impactant de nombreux aspects de la vie sociale, sociétale et économique. L’entreprise interagit et impacte fortement son environnement. Elle participe à la structure de cet environnement. Elle négocie avec des partenaires sociaux, contribue (dans des proportions variables) à la formation des individus, elle intervient sur la santé de ses collaborateurs (quelle a le devoir légal de préserver), elle participe à la modification environnementale (et doit théoriquement minimiser son empreinte),  elle participe aux modes de relations intergénérationnelles. Elle a un impact sur l’état psychologique (et donc productif) des collaborateurs, selon sa capacité ou non à rassurer, à communiquer une vision, des projets, et à les ancrer dans une stratégie et des actions cohérentes.

La progression de cette conscience de l’entreprise comme acteur sociétal majeur se développe de plus en plus, à plusieurs niveaux et bouleverse les rapports qui cherchent un nouvel équilibre.

Une personne physique a des droits et des devoirs. Il en va de même pour une personne morale en tant qu’acteur de la cité. A ce titre, l’entreprise a certaines responsabilités légales. Elle ne peut se contenter du seul objectif de rentabilité sans se soucier de l’impact de ses actions sur la société et sur ses collaborateurs.

Mais au-delà de la responsabilité légale, rappelons que 90 % de sa réussite et de ses projets reposent sur l’œuvre humaine. En somme, même dans un monde à forte technologie, la performance de l’entité pour gagner de l’argent et se développer repose essentiellement sur du « capital humain ». Autrement dit, sans la bonne volonté collaborative, la compétence, la capacité d’apprentissage, de mémorisation, de décision, de créativité et d’implication de ces humains, pas de réalisation possible.

Ainsi, pour pouvoir gagner des clients, des marchés et développer son activité, l’entreprise doit « faire agir ses collaborateurs » dans leurs dimensions cognitives, comportementales et émotionnelles,  dans un contexte de collaboration mutuellement consentie et dans un cadre d’action clairement défini (normalement). Pour cela, plutôt qu’un cadre oppressif, il se trouve qu’il est plus simple et plus efficace, d’obtenir un engagement volontaire, une adhésion individuelle et collective forte. Et cela s’obtient en respectant les personnes, en reconnaissant et en intégrant leur position centrale dans le système, en instaurant un partenariat basé sur une très bonne connaissance de l’humain, une confiance partagée, de l’exigence accompagnée d’un développement de l’autonomie et des compétences.

Une démarche humaniste permet ainsi à l’entreprise d’assumer ses responsabilités internes et sociétales et d’instaurer un type de partenariat plus efficace, propice à une meilleure collaboration.
   
Les humanistes de la Renaissance plaçaient  l’être humain au centre de leurs préoccupations et recherchaient son épanouissement. Ils avaient foi en sa capacité d’évolution et cherchaient à favoriser son développement.

Instaurer une démarche humaniste dans l’entreprise c’est faire le pari que l’épanouissement et le développement des êtres humains qui la composent vont lui être largement profitables en termes de performance et de durabilité de celle-ci. C’est croire en la primauté de l’intelligence humaine collective comme outil de progression individuelle et entrepreneuriale et c’est en favoriser l’expression et la créativité. C’est miser sur l’enrichissement par le pluralisme, sur le développement de la connaissance, de la solidarité motrice plutôt que sur la compétition inhibitrice et finalement destructrice. C’est avoir conscience que le développement de l’humain collaborateur et celui de l’entreprise sont totalement corrélés.

Il faut ajoute qu’une démarche humaniste, aidée de la connaissance sur l’humain apportée par les neurosciences, s’inscrit avant tout dans la sincérité et l’intégrité et se traduit dans des actions et des processus opérationnels. Loin d’être une approche cantonnée à la philosophie, elle se vit dans le quotidien professionnel par des actes et des outils managériaux, relationnels et communicationnels simples mais bâtis et ancrés sur de la connaissance, de la confiance et disons-le… de l’amour pour l’humain.

Puissance de l’engagement et de l’adhésion

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Abonnez-vous à la Newsletter !
Non merci
Merci ! Vous recevrez un résumé des articles, toutes les 4 à 6 semaines, selon l'actualité et ma disponibilité. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.
Vos données personnelles (nom, email) ne sont jamais partagées
Don't miss out. Subscribe today.
×
×
WordPress Popup Plugin