La web-revue du Leadership Humaniste, par Pascal Ponty

Accueil » Pouvoir, humilité et melon

Pouvoir, humilité et melon

SHARE
,

« Lorsque tout va bien, les fous sont dans les asiles, en temps de crise ils nous gouvernent. » [Carl Gustav Jung]

Les gens de pouvoir sont-ils normaux ?

Depuis les recherches de Hare & Babiak, nous savons que 4% des patrons sont psychopathes – 4 fois plus que dans la population. Bon c’est une étude anglo-saxonne, en France, ce n’est sûrement pas 4%, c’est… heu.. d’après vous ?

Le sujet n’est pas nouveau; Philippe Vergnes faisait par exemple dans cette série de trois articles, une bonne revue sur la perversion narcissique des gens de pouvoir. Et il a déjà écrit un article sur Emmanuel Macron et la psychopathie

Mon attention a été attirée par deux articles récents sur le web :

Dans Pouvoir et neurosciences : la puissance et le melon…, Catherine Berliet présente un tableau inquiétant des pièges qui attendent quiconque acquiert du pouvoir : empathie en déclin, perception de soi brouillée, modifications posturales, transgression.

En poursuivant leur objectif de grandeur, ils en oublient souvent la modestie, parfois l’honnêteté et presque toujours les autres.

L’autorité n’a pas bonne presse de notre temps, et lintérêt de cet article est surtout de montrer la prégnance de ce désamour. La présentation de cette dérive narcissique qui peut toucher de nombreux dirigeants, est généralisante (on a l’impression que c’est inévitable) et, paradoxalement, peu empathique. Que se passe-t-il pour ces personnes ? Comment les protéger et les aider à garder la tête froide, à rester humbles ?

Deuxième article justement, « If Humble People Make the Best Leaders, Why Do We Fall for Charismatic Narcissists ? » (« Si les gens humbles font de bons leaders, pourquoi craquons-nous toujours pour des leaders charismatiques? ») de Margarita Mayo dans HBR.

Plus documenté, cet article s’appuient sur plusieurs études pour confirmer ce que le bon sens nous dit : les leaders humbles – ceux qui aident dans l’ombre, qui soutiennent leurs équipes, qui partagent la lumière – sont plus efficaces. Cependant, les personnalités plus charismatiques sont plus souvent mises en position de leadership, collant mieux à une « image prototypale du leader efficace » – et ceci malgré leur plus grande exposition aux dérives du narcissisme. Nous ne percevons pas bien  les nuances entre charisme social et charisme personnalisé, et sommes d’autant plus enclins à percevoir et apprécier un fort charisme, que nous sommes collectivement anxieux.

Ainsi la phrase de CG Jung en tête de ce billet, est moins superficielle qu’elle n’y paraît : en situations de crise, de dysfonctionnement, d’anxiété les personnes en situation de pouvoir seront plus souvent sélectionnées dans des profils à risque, voire amenées par le système relationnel qui les entoure à développer des postures de dysfonctionnement psychique. (cette dernière idée est de moi).

Alors, si vous êtes persuadé.e que votre chef.fe est un pervers narcissique (honnêtement, c’est souvent des hommes), vous avez sûrement raison, et en même temps il y a de fortes chances que sa dérive reflète une faille dans l’organisation, dans le système de relations, dans la culture collective. Quelle mission, quel cadre, quels contrôles et contre-pouvoirs lui ont été définis? Quelles valeurs, quelles stratégies est-il sensé porter, ceci y compris en ce qui concerne les relations entre les personnes au travail ? Quelle aide , formation, coaching de toute espèce lui a-t-on proposé ?

Bien sûr, l’actualité politique est trop riche pour que cet article en soit totalement détaché. Donald Trump est visiblement complètement dérangé. Chez nous, Marine Le Pen a montré à tous et en un seul débat télévisé une sorte d’imbécilité vomitive, que personne n’avait à ce point remarqué. Quant à Emmanuel Macron, vainqueur de la présidentielle et vainqueur annoncé des législatives au moment ou j’écris, comment saura-t-il gérer le pouvoir qu’un pays pas entièrement en forme lui confie ? Son indiscutable leadership, sera-t-il guidé, encadré par suffisamment d’humanisme ? Et quid de ses 380 ou 400 députés, dont la moitié de novices? A suivre..

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Abonnez-vous à la newletter !Je m'abonne
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com