La web-revue du Leadership Humaniste, par Pascal Ponty

Accueil » A portée de voix

A portée de voix

SHARE
,

Man giving a speech with microphone and gesturing.

Don Giovanni, Nabucco, Otello peuvent-ils s’apparenter à des leaders ? A l’Opéra, certainement tant ils tiennent le premier rôle par leur voix.

La voix est un vecteur essentiel de leadership. Le leader doit être orateur. « Plaire, émouvoir, convaincre », le triptyque de Cicéron s’applique aux discours du capitaine d’équipe, du manager, du cadre dirigeant. La voix incarne le leadership. Elle transmet l’énergie du leader dans sa relation interpersonnelle entre ses équipes et lui.

La voix du leader incarne sa fonction : association de compétences et d’un corpus de valeurs.

Comment avoir la voix d’un leader ?

Vivre ses prises de parole comme un opéra

« J’ai un rendez-vous avec un client », penser plutôt : « je chante en duo avec mon client ».
« J’ai un discours à faire lors d’un congrès »,
penser plutôt : « j’ai une représentation lors d’un congrès ».
« J’anime une réunion »,
penser plutôt : « je suis en concert avec mes collaborateurs ».

S’investir émotionnellement par sa voix

Toutes les cultures chantent. Parler, chanter, qui est apparu en premier  ? Les deux apparaissent universellement en même temps et sont consubstantiels, car la voix est le vecteur d’une émotion. Parler c’est chanter, chanter c’est parler.

On a besoin de rencontres, d’écoute pour échanger, s’exprimer, s’enrichir et s’unir. En cela notre voix nous aide à être nous-même avec les autres par l’expressivité et l’échange de nos émotions. La voix est l’extension intime et ultime de moi vers l’autre.

Pour parler, comme pour chanter, encore faut-il avoir quelque chose à dire ou une partition à chanter. A l’Opéra, les histoires transcrites sous forme de livret peuvent revêtir une réelle valeur ajoutée. Les conditions magiques d’un Opéra reposent ainsi sur l’association de la musique géniale d’un Mozart ou d’un Verdi, et de voix engagées généreusement.

A l’oral, dans un environnement professionnel, transmettre et faire mémoriser des informations factuelles nécessite un travail de rédaction synthétique, intelligible, voire pédagogique. Mais si on dispose d’un tel texte (l’équivalent d’un livret pour l’Opéra), encore faut-il le dire avec une performance émotionnelle ! Il est nécessaire d’enrober sa parole, d’associer à son discours un projet émotionnel. Par exemple, la bonne ou mauvaise nouvelle ne repose pas que sur un chiffre. C’est le soutien expressif, émotionnel de la voix qui va permettre de comprendre de quelle nature est ce chiffre. Il en est de même de la conviction. C’est avant tout à l’oral, une émotion. Être convaincu de ce que l’on dit afin que ses propos puissent avoir le lyrisme de la conviction !

Ainsi, il est primordial de préparer ses intentions émotionnelles à transmettre à l’oral. A l’Opéra, comme à l’oral, on ressent avant de comprendre. Avoir une voix « vivante » c’est exprimer clairement ses émotions. Parler sans émotion génère ennui et non-sens, voire incompréhension. De la même manière qu’entendre un chanteur qui chanterait sans s’impliquer émotionnellement lui faudrait en retour des « cageots de huées ». A l’issue d’une intervention orale, on retient principalement l’énergie (c’est-à-dire l’ensemble des émotions) de celui qui a parlé (et donc a exprimé ses émotions). Être performant à l’oral, c’est donc être expressif et transmettre son énergie, ses émotions à son interlocuteur ou à son auditoire.

La voix du leader doit s’incarner par ses émotions.

Créer un lien par sa voix

Si l’émotion prime avec la voix, parler, chanter c’est avant tout faire exister son interlocuteur, son public. Quand on chante, quand on parle, l’objectif c’est « l’autre » : public, auditoire, interlocuteur. Bien que plus rare en écoutant un chanteur, on se dit souvent en réunion ou lors d’entretiens : « il s’écoute parler, il est trop long ». Celui qui parle n’est pas concentré, il parle pour lui. C’est la différence entre exhibition et transmission à l’oral. Chanter, parler, c’est faire naitre la sensation chez celui qui vous écoute : « Je sens qu’il me parle, j’existe ». Parler, chanter c’est rencontrer l’autre, le faire exister. C’est créer un temps de reconnaissance, de considération, d’existence mutuelle par l’échange d’un dialogue et de voix vivantes.

Par conséquent, capter l’écoute de son auditoire et entretenir cette écoute nécessite de parler avec une voix projetée, en variant son intensité en fonction du nombre de personnes et du lieu de la prise de parole.

La voix du leader doit être engagée physiquement afin qu’elle devienne charismatique.

Travailler sa voix

« Chanter de l’opéra ? Moi vivant, jamais ! Je chante faux, ma voix est une horreur quand je l’entends enregistrée. J’ai une petite voix et elle se fatigue vite. Je ne l’aime pas !».
Que de croyances venant inhiber nos capacités vocales ! Savoir chanter est la plupart du temps perçu comme un don. Avoir une belle voix serait associé à l’inné. Pourquoi ? Car on ignore comment fonctionne la voix, perdant ainsi la capacité d’utiliser ses multiples potentiels. On renonce au plaisir du chant. On éprouve des difficultés à s’exprimer face à un auditoire. Pourtant, le chant est à la portée de tous et nécessite simplement une technique appropriée, comme bien s’exprimer fait appel à des techniques vocales spécifiques et très rapidement accessibles.

Le fonctionnement de la voix peut s’apparenter à un instrument de musique. Par analogie, elle fonctionne comme un violon. Les cordes du violon vibrent à l’aune des cordes vocales. L’archet du violon est le souffle. Le corps en bois du violon est le visage. Ce qu’on entend de sa voix quand on parle est la vibration des résonateurs de son visage, comme le corps en bois du violon vibrant sous l’action de l’archet sur les cordes. Nous sommes tous notre propre instrument dont on peut rapidement développer le potentiel ! Notre voix s’est soi, c’est notre identité.

La voix du Leader capte l’écoute car elle est engagée et expressive, donc vivante !  Elle convainc car elle transmet une énergie faisant naître la reconnaissance, l’envie et la confiance.

Engagez-vous en parlant et prenez du plaisir avec votre voix !

Exemples d’exercices pour prendre conscience

Respiration

  • Enchainer des expirations de 5 secondes, comme si votre souffle faisait pencher la flamme d’une bougie sans l’éteindre. En prenant conscience que votre ventre rentre sur l’expiration, et pour chaque inspiration, laissez l’air rentrer par le nez simplement, doucement, en sentant un appui autour de votre taille à chaque inspiration.

Voix

  • Faire un son bouche fermée, en faisant  « mmmm » (style gourmandise) pendant 5 secondes et répéter ces séquences.
  • Si votre entourage le permet…. déclamer un mot (ex. « charmant », ou « content », ou « alors ») de la plus petite voix que vous pouvez, à la plus forte en faisant attention à ne pas contracter votre corps, d’expirer de l’air, de projetez votre voix au loin dans la souplesse et la détente.

Lecture

« Le pouvoir de la voix » de Jean Abitbol (Ed. Allary Editions)

(idée-cadeau pour les fêtes !)

jjlFormations et ateliers de coaching voix

Pour développer les potentiels de sa voix

Jean-Jacques Lapierre, Coach Voix – Formateur en communication orale.

www.aporteedevoix.com

Tel. 06 60 43 33 01

Extraits vidéos (chaîne youtube)

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Abonnez-vous à la newletter !Je m'abonne
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com